La première trace discographique d'Alain Bashung remonte à juillet 1966, mois de la sortie du 45 tours 4 titres de Pussy Cat, avec le titre "Moi je préfère ma poupée" (Alain Bashung - Robinson - Wilson - Pike) (45 tours 4 titres / Extended Play RCA 86161). En novembre de la même année sort celui de Noël Deschamps, qui comprend "Oh la hey (Juste quelques mots)" (N. Deschamps - A. Baschung) (EP RCA 86179).

Claude Channes : "Il est grand temps de faire ...boom !" (Gérard Hugé - Alain Baschung), en 1967 (EP Fontana 460227ME).
Annie Philippe : "Quarante maringouins" (Alain Baschung - Gilles Thibaut), 1967 (EP Philips 437386 BE).
Annie Philippe : Premier titre de la face A, "Une petite croix" (Alain Baschung - Pierre-André Dousset), 1968 (EP Philips 437433BE).


Pussy Cat   Noël Deschamps   Claude Channes   Annie Philippe

Pascale Audret : "Cesse de..." (Michel Renard / Alain Bashung), 1969 (EP Barclay 71 376).

Alain Bashung entame alors une collaboration avec l'auteur-interprète Michel Bernard ; il compose pour lui les musiques de son 45 tours "Tu t'en vas, tu reviens" / "Regarde, il ne se passe rien" en 1970 (Simple Play Shandar A 707). Il est crédité comme directeur artistique l'année suivante sur le simple "On s'était dit" / "L'infidèle" (SP Butterfly records / Sonopresse BS 777).

Pascale Audret   Michel Bernard   Michel Bernard

Jocelyne : "Qui la nuit" (Michel Bernard - Alain Bashung) (SP Butterfly records / Sonopresse BS 018) en 1972.
Un titre, "Hold On", sur l'album "Rockin' man 60" de Mike Shannon & The red caps (33 tours / Long Play VYG 10119) en 1972.
Julie Grégor : Face B "Petit soleil" (Alain Bashung - Christian Arabian) en 1973 (SP Decca 84.141).
Romuald : Face A du 45 tours "Viens rêver sur l'eau" (Michel Bernard - Alain Bashung), 1973.
Alain écrit plusieurs musiques pour le compte d'Alain Sireguy :
La face B du 45 tours "Belle fais-toi belle" : "Paris, tout n'est pas fini" (Michel Bernard - Alain Bashung) en 1972 (Butterfly records / Sonopresse BS 023).
Le titre "Bandit" (Alain Bashung - Michel Bernard), 1972 (Butterfly records / Sonopresse (BS 015).
Celles du 45 tours (sous le nom d'Alain Sirguy) "La mariée" / "Coup de foudre en coup de vent" en 1974, et le titre "On vit pour ça" (Michel Bernard - Alain Bashung), face B du 45 tours "J'ai la vie devant moi" (Espiègle / Discodis 180.005).


Jocelyne   Mike Shannon   Julie Grégor   Alain Sireguy

Durant 3 ou 4 années, Alain Bashung va collaborer aux disques de Dick Rivers, qui évoque leur collaboration dans un entretien suivant la disparition d'Alain :

Et pour Dick Rivers, pour lequel Bashung avait notamment dirigé les enregistrements des albums "Dick'n roll" en 1971, "The Rock machine" en 1972 et "Rock'n roll star" en 1973, « c'était carrément mon frère. Mon frère de musique.» Et de poursuivre : «Entre 1968 et 1972 alors que nous, les drapeaux du rock'n roll, nous étions mis sur la touche par les Mike Brant et autres chanteurs psychédéliques qui rêvaient de Woodstock, nous faisions plein de choses ensemble. Je ne me déplaçais jamais sans lui. Il faut dire que nous avions les mêmes goûts et j'étais d'ailleurs ravi de voir qu'à la télévision l'autre soir, pour les Victoires de la Musique, il portait de vraies bottes de cow-boy bicolores.

C'était vraiment le Bashung que je connaissais et qui, comme moi, avait connu ce rêve américain, lui vivant près d'une base américaine dans l'est de la France et moi pareil à Nice. Le Bashung fan de rock à donf ! Un dingue de Buddy Holly et des Everly Brothers que peu de gens connaissent aujourd'hui. Celui qui m'avait composé les 45 tours "Marilou" et "Sherry" ; celui qui m'avait offert "Believe me" en anglais et avec qui j'avais enregistré à Londres l'album "Rocking along the river's country side"... Et on avait même enregistré ensemble un album pirate regroupant les grands classiques du rock'n roll.»

Lorsqu'ils enregistraient à Toulouse, Bashung et Dick Rivers passaient tout leur temps en studio avec juste quelques petites escapades à l'Ubu, la boîte à la mode. «Mais juste pour boire un coup. Parce qu'Alain n'avait rien d'un people. Lui, c'était tout pour la musique.»

Et «la dernière fois qu'on s'est revu quand il enregistrait "Bleu pétrole" à Bruxelles, ajoute Dick, on est tombé dans les bras l'un de l'autre. Se rappelant mutuellement que je l'appelais Piffou à cause de son nez et qu'il m'appelait "Le Roi" (du rock'n roll, ndlr)... Un garçon formidable ! Quelqu'un que je n'ai jamais vu éclater de rire mais qui riait beaucoup, intérieurement. Un grand timide, hypergentil, un vrai gentleman.»

Dick Rivers et Alain Bashung

Bashung compose 6 titres pour l'album "Rocking along... the river's country side" (LP Shotgun SH 1010 puis Musidisc CV 1360) sorti en janvier 1973 :

"Oblee lam lam", "I found Kentucky", "Country magazine", "Believe me", "Let's ride together", "Small world"

Encore 6 titres sur l'album "Dick Rivers" (LP Nobel NBL 304 - Canada, puis en 1975 chez Decca 210 064) la même année :

"Va, va, va (Run, run, run)", "On n'en parlait pas dans les journaux (Country magazine)", "Je n'arrivais pas à joindre les bouts (Small world)", "Je ne veux pas que tu pleures (Let's ride together)", "Oublie l'âme, l'âme (Oblee lam lam)", "Reparlez-moi encore des roses".

Toujours en 1973, il compose deux 45 tours pour Dick Rivers : "Marilou" / "Si loin, si près" (SP Shotgun SH 029), puis "Sherry" / "Tu t'en fous, moi aussi" (SP Shotgun SH 031).

Dick Rivers, "Rockin' along"   Dick Rivers, "Dick Rivers"   Dick Rivers, "Marilou"   Dick Rivers, "Sherry"

Début 1973, il participe à l'opéra-rock d'Alain Boublil, "La Révolution Française", dans le rôle de Robespierre.
En juillet sort le double-album (2 LP Vogue LDM 430166), et 40 représentations ont lieu à partir du 1ier octobre au Palais des Sports de la Porte de Versailles à Paris, avec la participation entre autres d'Antoine en général Bonaparte, des Charlot en Talleyrand et les prêtres, les Martin Circus en Danton et les députés du Tiers-État, ainsi qu'une foule de figurants d'environ 1500 personnes.

Bashung chante 3 titres sur le 33 tours :

"Ouverture" - "Les États Généraux" - "Le Roi" - "La Noblesse" - Le Clergé - Le Tiers État - Charles Gauthier - A Versailles (l4 juillet 1789) - Retour à la Bastille "Français Français" (chanté par Alain Bashung) - Il s'appelle Charles Gauthier (Isabelle de Montmorency) - À bas tous les privilèges - Déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen - Ça ira, ça ira - Quatre saisons pour un amour - Serment de Talleyrand - Fête de la Fédération (Talleyrand) - Crieurs de journaux - La patrie est en danger - L'exil Valmy - Proclamation de la République - C'est du beau linge mon Général - Procès de Louis XVI (Réquisitoire - Louis XVI - Exécution) - "Chouans, en avant !" - "La terreur est en nous" - "L'horrible assassinat du citoyen Marat par la perfide Charlotte Corday" - "Fouquier-Tinville" - "Au petit matin" - "Que j'aie tort ou que j'aie raison" (chanté par Alain Bashung) - "La fête de l'Être suprême" (chanté par Alain Bashung) - "Gardien de prison à la Conciergerie" - "Révolution (final)"

Dick Rivers, "Rockin' along"

David Rochline : "La règle du jeu" / "Le danseur étoile" (SP CBS 1750) en novembre 1973 et "Le Roi lézard" / "Fais en plus pour me plaire" (SP CBS 2184) en 1974.
Linda Keel : "I need you" (D. Woods-Hill / Alain Bashung) en 1974 (Motors MT 4019).
Jean-Guy Ruff : "La terre est ta vie" (Alain Bashung - Jean-Guy Ruff), face B de "Hey ! M'sieur Dupont" en 1975 (Barclay 620.126).
2 titres sur le 45 tours de Marie Turquoise : "Ça suffit chéri" (Alain Bashung - Marie Turquoise) / "Une chance" (Alain Bashung - Marie Turquoise - R. Pons) en 1976 (SP Gérard Tournier / Sonopresse GT 46552).

David Rochline   Linda Keel   Jean-Guy Ruff   Marie Turquoise

Dov (Dov Carmon) : Face B de "Louisiana", "Dépassé"(Michel Bernard / Hendrick Darmen [pseudo d'Alain Bashung]), probablement en 1976 (SP Agave / Sonopresse AG 45 755).
Toujours en 1976 (année précédant enfin la sortie de son premier album), Alain Bashung cosigne la plupart des titres du 33 tours de Marie Casanova "Qui es-tu toi?" (LP RCA FPL 0138) :
"Poupée, poupée", "Il viendra d'une autre planète", "Le dernier épisode", "Le voisin (J'avais 16 ans)", "Quelle heure est-il en Californie ?", "Les mots fauves".
Alain Rivey : "Le rôle de ta vie" (musique de Bashung) / "Une grande fille toute simple" (SP RCA Victor 42 109), 1976.
Alain Rivey : "Coeur jaloux" / "A l'hôtel de Bâle" (SP RCA Victor PB 8044) en 1977.
En 1978, Boris Bergman et Bashung signent le 45 tours de Saïd Amadis "Racines" / "Jamaique" (SP Polydor 2056 701).


Dov   Marie Casanova   Alain Rivey   Alain Rivey   Saïd Amadis